Décès du musicien congolais Tshala Muana à 64 ans

La musicienne congolaise Elisabeth Muidikay, plus connue sous son nom de scène Tshala Muana, est décédée, a annoncé ce matin son compagnon et producteur Claude Mashala.
Elle avait 64 ans.

« Aux petites heures de ce matin, le bon Dieu a décidé de reprendre le National Mamu. Que le bien et Dieu soient glorifiés pour tous les bons moments qu’elle nous a mis sur cette terre. Au revoir ma Mamu », a posté Mashala sur Facebook.

La chanteuse à succès Karibu Yangu a acquis une immense popularité à travers le continent à partir des années 1980 pour sa danse provocatrice Mutuashi qui a promu la liberté du corps de la femme. N’exerçant aucune limite, Tshala Muana poussait la tête des hommes de son public entre ses jambes pendant qu’elle tournoyait.

Tshala Mwana – RDC

Le deuxième de 10 frères et sœurs, Tshala Muana est né d’Amadeus Muidikayi, un soldat, et d’Alphonsine Bambiwa Tumba le 13 mars 1958 à Lubumbashi en RD Congo. Alors que Mashala n’a pas partagé les détails de sa mort, Tshala Muana avait lutté contre la maladie après avoir subi un léger accident vasculaire cérébral il y a deux ans pour lequel elle a été hospitalisée. Au moment de sa mort, elle était hospitalisée à Kinshasa.


Fally Ipupa sur son album Formula 7


En novembre 2020, la star de Mutuashi, qui dans sa vie ultérieure s’est essayée à la politique en tant que législatrice dans le gouvernement de Désiré Kabila et en tant que conseillère présidentielle dans le gouvernement du fils et successeur de Joseph Kabila, a été arrêtée par les agents de l’État du président Félix Tshisekedi après avoir produit une chanson controversée qui a disséqué un leader anonyme.
La chanson, Ingratitude, était considérée comme une attaque contre Tshisekedi car elle disait que le chef s’était retourné contre son mentor. Tshala Muana avait été proche des deux Kabila et croyait que Tshisekedi était allé à l’encontre du pacte qu’il avait avec Joseph Kabila.

En tant que députée, Tshala Muana s’est fait entendre sur des questions touchant les femmes, les enfants et les pauvres. Pour cette position, elle a été surnommée « Mamu Nationale (Mère de la Nation).
Elle s’est produite au moins trois fois en Ouganda, en 1991, 1996 et 2009 et a défendu sa danse et son code vestimentaire Mutuashi, affirmant qu’ils étaient originaires du Kasaï et donc une célébration de leur culture.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You May Also Like

Fally Ipupa sur son album Formula 7

Fally Ipupa fait indéniablement partie des meilleurs musiciens africains de la scène actuelle. Ancien élève du Quartier latin de Koffi Olomidé, Ipupa connaît une carrière solo spectaculaire depuis 2006, date…
View Post