Un foyer pour les enfants des rues de Zambie

Les enfants des rues sont des garçons et des filles pour qui les rues sont devenues un chez-soi.

Alors que certains sont orphelins, beaucoup ont des familles, mais ont grandi dans des bidonvilles dans une extrême pauvreté. Selon l’Institut de Sécurité Étude, la Zambie est l’un des pays les moins développés d’Afrique et plus de la moitié de sa population dispose de moins de 1,90 dollar par jour à dépenser. Luttant pour payer les dépenses nécessaires, les parents envoient parfois leurs enfants dans la rue mendier pour contribuer au revenu familial.

L’ONUDC explique qu’il y a aussi des enfants des rues qui sont nés dans les rues de parents sans abri, ceux qui ont été expulsés de la maison parce que leurs familles ne voulaient pas s’occuper d’eux, ainsi que ceux qui sont descendus dans la rue pour s’échapper. Abus psychologique, physique.

Selon l’UNICEF, « le nombre d’enfants vivant/travaillant dans les rues des villes zambiennes est élevé, mais les données quantitatives restent rares ». Le Brooks World Poverty Institute observe que « les statistiques officielles sur les enfants des rues sont rares en raison des difficultés à enquêter sur une population extrêmement mobile. population.’

Je suis allé en Zambie pour explorer le monde des enfants des rues et enquêter sur la part de leur participation à cette vie qui est volontaire et sur les chances qu’ils abandonnent un jour ce mode de vie.


Nouvelle similaire

Elon Musk : les utilisateurs de Twitter votent en faveur de la démission du patron


Pendant mon séjour en Zambie, j’ai pu être témoin de la dure réalité de vivre dans la rue où les actions de beaucoup sont motivées par la toxicomanie et le désespoir financier, mais j’ai été surpris par les aperçus de fraternité et de bonheur découlant de la liberté et de la vie ultimes. Sans responsabilités. J’ai mieux compris pourquoi, malgré la possibilité de vivre une vie différente, apparemment plus confortable, certains prennent consciemment la décision de rester dans la rue. Et, j’ai pu, au moins temporairement, faire partie d’une famille composée de ceux qui ont réussi à sortir de la rue.

Enfant de la rue

Cela a été possible grâce à Carol McBrady qui a consacré sa vie à prendre soin des enfants des rues de Zambie qui vivaient dans les limbes, attendant que quelqu’un les remarque.

Carol est venue pour la première fois en Zambie il y a vingt ans pour offrir une formation à la Conférence internationale des étudiants sur le VIH et le sida et les objectifs du Millénaire pour le développement (OMD).

Lorsqu’elle a remarqué un grand nombre d’enfants vivant dans les rues de Lusaka, elle ne pouvait pas rester indifférente et elle a fondé une ONG appelée Action for Children Zambia. Au cours des deux dernières décennies, elle a ouvert trois foyers où vivent d’anciens enfants des rues et elle a aidé plus de trois cents enfants à partir et à rester hors de la rue.

Elle leur fournit un abri, de la nourriture et veille à ce qu’ils reçoivent une éducation. Mais surtout, elle leur apprend l’importance de la vie de famille et leur offre un amour parental inconditionnel. C’est pourquoi elle est connue dans tout Lusaka sous le nom de « Mama Carol ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You May Also Like